Menu

La grande intuition

Auteur: Jacques Degeye
Editions: Demdel
On a aimé:
Prix: 22,50 € - Commandez-le: Commandez-le

Lettre au pape François sur quelques sujets délicats.

Qui sommes-nous ? Toutes les religions se valent-elles ? Qu’est-ce qu’une religion ? Le christianisme est-il une religion ?
Questionnés sur ces sujets, d’aucuns s’en tirent par une réponse de Normand : « tout se vaut », « tout est relatif ». Ils éludent la question. D’autres, au contraire, font état de leurs convictions ou de leur attachement à une tradition religieuse. D’autres encore marquent leur opposition à la religion. Beaucoup, enfin, dans nos pays, ne se sentent pas concernés par ces questions. Les religions ne sont plus vraiment d’actualité au moment où triomphent les sciences et les techniques. Le contre-exemple de la religion musulmane ne doit pas nous masquer cette réalité. Il faut donc reprendre la question au niveau le plus profond : au niveau de soi-même. Or que constatons-nous ? Quelquefois, dans notre silence intérieur ou à l’occasion d’un événement fortuit, nous avons l’intuition d’un Ailleurs. Ce Lieu extérieur à nous-mêmes nous donne un avant-goût de l’Amour, de la Vérité ou de la Beauté, qui sont sans commune mesure avec notre expérience personnelle de la beauté, de la vérité ou de l’amour. Cette intuition transcende les religions instituées, les lieux géographiques et les époques historiques. L’auteur l’appelle La grande intuition. Il prend appui sur la pensée du phénoménologue Jean-Luc Marion, et des philosophes Franz Rosenzweig et Jean-Pierre Dupuy, sur les travaux de René Girard et sur ceux du théologien jésuite Joseph Moingt. Il est le premier à établir un lien entre eux. Cette intuition – ou spiritualité – et l’appel à y répondre travaillent l’humanité. Ils nous donnent un horizon… toujours repoussé parce que nous sommes prisonniers de notre désir irrépressible de posséder, de comparer, d’évaluer ou de dévaluer, et de nos appartenances au camp des gagnants ou des perdants, des victimes ou des vainqueurs, des décideurs ou des asservis…